Warning: main(footerss.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /mnt/111/sdb/9/5/dent.devitalisee/index.php on line 1

Warning: main() [function.include]: Failed opening 'footerss.php' for inclusion (include_path='/mnt/111/sdb/9/5/dent.devitalisee/include:.:/usr/php4/lib/php') in /mnt/111/sdb/9/5/dent.devitalisee/index.php on line 1
Dentisterie holistique, dent dévitalisée » 2008 » November

témoignage d’une patiente

November 21, 2008 on 12:33 pm | In Non classé | Comments Off

Témoignage d’Anne Le Mee avec qui vous pouvez correspondre si vous le souhaitez. Son mail est annelemee@laposte.net

St Brieu, Novembre 2008.

Suite à des problèmes de santé divers (anémie chronique, problèmes de dos, hernies discales paralysantes, fatigue chronique, épuisement généralisé, problèmes stomacaux, nervosité, insomnies…) qui se sont amplifiés malgré un état moral équilibré, je me suis posé la question de l’origine de ces problèmes.
La médecine classique ne répondant pas à cette question je me suis tournée vers les médecines parallèles. J’ai essayé de nombreuses techniques (ostéopathie, acupuncture, homéopathie, phytothérapie, nettoyage des métaux lourds, qi gong, etc..) qui toutes m’ont apporté un mieux être, malheureusement de courte durée. J’avais même fait enlever tous mes amalgames dentaires au mercure.
Les années passant, ces améliorations ont été de plus en plus précaires, voire inexistantes.
J’ai eu l’information de la toxicité des dents dévitalisées il y a 5 ans de cela, et cette information a tout de suite raisonné en moi. J’avais huit dents dévitalisées, neuf si l’on compte une qui avait été arrachée. J’ai eu mes premières dents dévitalisées à 10 ans (mesure préventive du dentiste qui estimait qu’elles se frottaient trop.)
J’ai réfléchi à la méthode de soins préconisant l’extraction pure et simple de ces dents, j’ai attendu fin 2006 pour prendre la décision de les enlever. J’étais alors extrêmement fatiguée, au point de ne plus pouvoir marcher normalement, et de me sentir littéralement mourir à petit feu (j’avais 36 ans).
Je passais alors des journées entières alitée, bien que j’eusse envie de faire des choses!
J’étais prête à enlever ces dents, car je n’avais plus d’espoir.
Inutile de préciser que la médecine conventionnelle ne trouvait rien (analyses “normales” - en fait il aurait fallu faire des analyses très poussées, non remboursées, qui auraient montré un effondrement du système immunitaire) et que mon état soulevait beaucoup d’incompréhension, sinon de la suspicion.
Lorsque j’ai décidé de faire extraire mes dents dévitalisées, j’ai d’abord consulté plusieurs dentistes de ma région. Selon eux elles ne présentaient aucun problème. Un stomatologiste a toutefois accepté de m’en extraire trois. Mais cela n’a pas suffit et ma santé ne s’est améliorée que partiellement, il m’en restait encore trop j’imagine. En plus la zone opérée restait douloureuse car, je le compris ensuite, l’os entourant la dent n’avait pas été correctement cureté. Par la suite, un traitement de la zone osseuse a toutefois évité de me réopérer. Un traitement conseillé par le Dr Darmon que j’ai contacté ensuite pour qu’il m’aide à faire enlever mes autres dents dévitalisées.
L’extraction des dents a été faite de façon très précise, selon les directives de ce dentiste, qui est un des rares chirurgien-dentiste en France (radié de l’ordre des dentistes depuis quelques années) à reconnaître les problèmes de santé que causent les dents dévitalisées et à agir en conséquence. Un dentiste qui possède en plus des techniques particulières qui permettent que tout se passe bien sans prendre aucun médicament chimique (acupuncture, huile essentielle notamment). Il m’a accompagné chez un dentiste qui accepte de suivre précisément ses recommandations.
En plus des extractions, j’ai suivi des traitements des os de la mâchoire. Les dents dévitalisées entrainent en effet un empoisonnement de l’os qui les contenait et cela malgré les curetages. Ces traitements étonnants d’efficacité sur ma vitalité, mis au point par le Dr Darmon m’ont été effectués quelques temps plus tard pour supprimer cet empoisonnement.
Avec un an de recul, je peux dire que j’ai retrouvé la santé, bien que ma convalescence ne soit pas encore terminée. Je n’ai plus d’anémie chronique, de paralysies dorsales, de fatigue insurmontable.
Le lien de cause à effet entre mes problèmes de santé et la présence de dents dévitalisées ne fait vraiment aucun doute pour moi.
Le fait de porter deux prothèses amovibles en bouche ne me pose aucun problème; c’est un inconvénient tellement mineur en comparaison des soucis de santé causés par les dents dévitalisées!

Anne Le Mee

Anne Le Mee fait partie des patients que j’aime beaucoup et pour qui j’ai beaucoup d’admiration car ce sont des personnes qui ont pris conscience qu’ils devaient faire partager leur expérience pour qu’elle serve à d’autres. Et ils sont rares, je vous assure. Anne Le Mee, après être venue me voir et avoir retrouvé la santé, a voulu diffuser un DVD sur moi. Elle a été d’accord pour participer à un colloque de médecines naturelles pour parler des dents dévitalisées aussi. En fait ni l’un ni l’autre ne se sont faits encore, pour divers problèmes, techniques surtout. Vous pouvez rentrer en contact avec elle si vous le souhaitez annelemee@laposte.net

Dans la liste de mes ex rares patients qui ont vraiment fait quelques chose pour la cause il y a aussi Jean Pierre Garel, Directeur Honoraire de recherche au CNRS et Michel Raynaud, prof à la fac de science de Toulon, qui a réalisé le site internet www.sante-dents.com. Il y a aussi François Bleuez, un musicien soliste d’orchestre Philarmonique dans les Alpes Maritimes. Il a écrit un fascicule sur la toxicité des dents dévitalisées pour l’association sur la Bioelectronique de Vincent. Il y en aussi quelques autres comme René Fiorèse qui toute sa vie en a parlé et a témoigné sur mes vidéos, ou Marianne Galichet qui en parle sans cesse encore et en parlé lorsqu’elle travaillait à l’hôpital de Cannes avec tous les risques que cela comportait. Et il y en a d’autres encore que je ne peux citer ici et qui aident à diffuser cette information dont dépend aujourd’hui la santé de millions de personnes. comme par exemple un thérapeute comme M Thierry Fortin que je remercie. ….

Les inconvénients de se faire enlever les dents dévitalisées

November 10, 2008 on 1:11 am | In Non classé | Comments Off

Les inconvénients de se faire enlever les dents dévitalisées.

Je mets à peine en ce mois de novembre 2008 ce texte sur le site qui date pourtant déjà de quelques années, mais je reconnais en fait que c’est probablement celui que j’aurais du mettre en premier et qui doit absolument être lu par celui qui décide d’entreprendre la démarche d’enlever ses dents dévitalisées. Il m’arrive d’avoir quelques fois des personnes qui me disent regretter d’avoir fait enlever leurs dents dévitalisées. Elles sont une minorité toutefois. Outre le fait que je leur rappelle quand je le peux, tous les effets positifs obtenus sur leur santé, je leur réponds que je connais aussi des personnes qui regrettent d’avoir eu un cancer et de savoir aujourd’hui qu’en enlevant leurs dents dévitalisées avant elles auraient pu l’éviter très probablement. Bref, enlever ses dents dévitalisées possède des inconvénients certes mais je suis sûr aussi qu’ils sont bien moindres que de les garder. Mais le plus important avant que je vous entrepreniez cette démarche est que vous aussi vous en soyez convaincu. Toutefois ignorer les inconvénients n’est pas non plus la bonne démarche même si l’avantage est qu’au bout d’un tunnel parfois long et tumultueux, se trouve la plupart du temps la santé, mieux qu’aucune autre technique ne pourra vous la donner. Et cela n’est pas que de la théorie mais a été constaté par les thérapeutes qui se sont intéressés au sujet, sur des dizaines de milliers de personnes, comme le site www.sante-dents.com le démontre d’ailleurs. Et cela tout simplement parce que le fait d’ôter les causes d’empoisonnement est toujours plus efficace que tout ce qu’on pourrait faire d’autre. Le jeu en vaut donc la chandelle, enfin si tant est que la santé est votre priorité car si votre priorité est autre, comme le fait de ne pas avoir de dentier par exemple, alors mieux vaut conserver vos dents dévitalisées et les maladies qui vont avec bien souvent. Mais même si votre santé est votre priorité, ne pas connaitre les inconvénients du choix d’enlever les dents dévitalisées est un risque qui peut parfois provoquer dans le mental des séismes destructeurs, surtout si entre temps un dentiste conventionnel passe par là, vous donne son avis « éclairé » et arrive à vous faire croire que vous avez été victime d’une arnaque par exemple. J’ai eu quelques cas, rares certes, mais quand même existants. Si avant de les soigner j’avais vérifié qu’ils avaient bien compris les divers risques et inconvénients de leur choix, cela ne serait peut-être pas arrivé. Et encore ce n’est pas sûr car c’est paradoxalement le patient qui s’en est le plus plaint qui fut en fait celui qui avait été le plus informé.

Les inconvénients de s’engager dans cette voie thérapeutique d’enlever les dents dévitalisées sont multiples. Tout d’abord il est évident que ce n’est pas aussi anodin que d’avaler un comprimé. Il faut passer par un ou des actes chirurgicaux qui consistent à enlever des dents avec tous les risques et les aléas thérapeutiques que cela peut avoir ainsi que le côté irréversible. Ah, ce fameux côté irréversible qui sert à faire peur aux prétendants aux extractions de dents dévitalisées et que des irréversibles abrutis de dentistes utilisent pour mieux justifier leur nécrodentisterie. Des irréversibles abrutis qui ne se rendent pas compte du risque de destruction parfois irréversible de la santé à cause des dents dévitalisées justement. Car, à trop garder les dents dévitalisées on peut aussi perdre irréversiblement sa santé et cela est pour moi le plus grand risque irréversible en fait. Toutefois les enlever possède aussi des risques qu’il n’est pas inintéressant de connaitre.

Les risques.
Je connais des histoires où les personnes sont mortes après avoir enlevé des dents, c’est exceptionnel mais cela peut arriver, bien moins souvent toutefois que ceux qui meurent de ne pas avoir fait enlever leurs dents dévitalisées. Le risque existe surtout sous anesthésie générale d’ailleurs et surtout si l’anesthésie a été faite en lune croissante car alors le corps fixe les anesthésies. J’avais parfois l’occasion de soigner des patients très gravement malades et très affaiblis que m’envoyaient certains médecins qui ne savaient plus quoi en faire. Il m’est déjà arrivé chez ce genre de patients qu’ils meurent presque sur mon fauteuil juste après l’anesthésie locale, c’est-à-dire qu’alors ils n’avaient plus de respiration ni de pouls. Après des techniques de réanimation en acupuncture, ils sont en fin de compte tous revenus à la vie, ouf, j’avais déjà assez d’ennuis comme ça avec le Conseil de l’Ordre. L’anesthésie est un petit poison qui parfois peut être fatal chez les personnes très faibles, il faut le savoir. Dans ce cas, il vaut mieux maitriser certaines techniques de réanimation et remonter préalablement l’énergie du patient avec diverses techniques.
Parmi les risques les plus fréquents de l’extraction il y a aussi l’hémorragie. En général, le dentiste sait quoi faire mais parfois ce n’est quand même pas si simple. J’avais toujours au cabinet de la poudre de pierre d’alun qui est un excellent hémostatique. Il existe aussi une technique énergétique qui consiste à mettre du froid (un bac à glaçon par exemple) dans le dos entre les deux omoplates. On baisse ainsi la pression sanguine notamment. Sinon la plupart du temps, la compression de la zone opérée avec des compresses (ou un mouchoir en papier ou autre chose à défaut) est suffisante, d’autant plus qu’on laisse la tête relevée, pour diminuer la pression sanguine au niveau de la tête donc de la bouche. La nuit en cas d’hémorragie, on dormira avec deux bons oreillers pour relever la tête.
Autre risque : La création d’une communication bucco sinusale, avec les dents du haut évidemment car le sinus maxillaire est juste au dessus des racines de certaines dents du haut. Bon ça se gère avec des méthodes naturelles aussi pour éviter des antibiotiques qui ne sont pas dénués d’effets secondaires. On lave le sinus avec des hydrolats (de thym, de pin et de laurier par exemple) dilués de l’eau tiède. On évite ainsi une lourde antibiothérapie. On l’obture avec la prothèse amovible, ou on referme chirurgicalement.
Autre risque. Pour les dents du bas, la section du nerf dentaire inférieur qui donne ensuite à la bouche un air tordu à vie. C’est un risque assez embêtant qui a d’autant plus de chance de se produire que l’on fait une anesthésie tronculaire aux dents du bas avec curetages de cavitations osseuses du bas, d’où l’intérêt de préférer les anesthésie locales et non loco régionale comme l’anesthésie tronculaire à l’épine de Spix. Néanmoins si la radio ne montre aucun risque de toucher de nerf dentaire inférieur, l’anesthésie tronculaire à l’épine de Spix est aussi une bonne chose, pour les extractions de dents de sagesse notamment. Ce dernier risque lorsqu’il arrive, peut être la plupart du temps considéré comme une faute professionnelle alors que les autres sont généralement considérés comme des aléas thérapeutiques car ils peuvent arriver même sans aucune faute professionnelle.
Autre risque: l’absence de guérison.
On enlève les dents dévitalisées et on ne guérit pas de sa maladie. Il est souvent plus simple de perdre la santé que de la retrouver et même lorsqu’on la retrouve, le corps peut garder des mémoires de la maladie qui mettront un certain temps à s’éliminer, et que l’on peut d’ailleurs aider à éliminer par diverses techniques. Il n’est donc pas toujours suffisant d’enlever les causes de la maladie pour qu’elles disparaissent et pourtant c’est la première chose à faire si on veut vraiment guérir. Peu de patients sont conscients de cet aspect de la guérison. Ils attendent souvent le miracle un peu comme lorsqu’ils prenaient leur comprimé antalgique et que la douleur disparaissait presque immédiatement. Le problème est que c’est souvent cette façon de fonctionner qui les a conduit à se retrouver aujourd’hui dans l’état grave dans lequel ils se trouvent. La plupart des causes des maladies graves sont à rechercher dans ces comportements pratiques certes mais aux effets secondaires terribles, que l’on retrouve et dans l’allopathie, dans la dévitalisation dentaire et aussi dans des comportements alimentaires aberrants qui tous constituent des transgressions aux lois de la vie. Toutes les maladies sont la conséquence de transgressions aux lois de la vie, sachez le. Rien, n’arrive par hasard, en tout cas dans la vision mystique de la vie, même si notre médecine le croit bien souvent, imprégnée d’athéisme et de nihilisme qu’elle est. L’allopathie, l’alimentation dévitalisée, la dévitalisation dentaire, et l’énergie nucléaire par exemple, sont toutes des transgressions aux lois de la vie qui en apparence sont bien pratiques certes mais dont nous devrons un jour payer les conséquences terribles sur notre santé et celle de nos enfants même si nos chers médecins sont là dessus muets. Et ceux qui nous emmènent dans ces chemins, fussent-ils des chemins balisés par la science et les universités de médecine ou de chirurgie dentaire pour mieux nous hypnotiser, sont les meilleurs associés du diable, qui n’a qu’un objectif, générer la souffrance et le malheur pour s’en nourrir. Tache utile certes, aussi incroyable que cela puisse paraitre car l’exercice du discernement est un des aspects essentiel de l’évolution de l’âme qui est le but ultime de l’existence. Ah mais encore faut-il croire en l’âme et à tout ce qui va avec. Ah décidément, j’ai du mal à rester concentré sur un sujet sans parler de spiritualité. Mais ma foi c’est que j’estime d’une certaine façon, qu’on ne peut approfondir aucun sujet sans arriver d’une manière ou d’une autre à parler de spiritualité. Sans s’intéresser à la spiritualité, on ne peut rien faire de très grand et de très profond. Toutes les discussions sont condamnées à une pale superficie. Et quand on ne s’intéresse pas à la spiritualité, qu’il est fréquent de dire non aux lois de la vie sans même s’en rendre compte. Mais alors on dit aussi non à la vie et au bonheur véritable et durable, il faut aussi le savoir. Quand nous ne sommes pas constamment dans l’action spirituelle ou la spiritualité active pourrait-on dire aussi, qui nécessite que nous nous interrogions sans cesse sur le sens de nos actes en les replaçant dans l’ensemble plus vaste des lois de la vie, nous sortons alors du courant de la vie essentielle, et donc du sens même de notre existence. Nous transgressons sans le savoir bien souvent les lois de la vie et nous allons vers le refroidissement progressif de notre être dont la maladie n’est qu’un des premiers symptômes. C’est tout à fait ce que notre médecine moderne avec son allopathie et notre dentisterie moderne avec la dent dévitalisée ont fait et la première conséquence qui s’en est suivie est d’avoir créé la civilisation de malades et d’handicapés que nous sommes aujourd’hui. Regardez un peu autour de vous le nombre de grabataires et de malades qu’il y a.
Mais revenons à nos moutons, c’est-à-dire aux inconvénients. En fait même si on ne guérit pas complètement de sa maladie en enlevant les dents dévitalisées, à part quelques cas rares où le mental s’en mêle, on va toujours mieux quand même. J’ai personnellement enlevé des dents dévitalisées à des centaines de personnes en leur promettant qu’elles iraient mieux (j’en ai d’ailleurs filmé une centaine mises sur internet www.sante-dents.com) et des dentistes ont fait de même pendant des dizaines d’années. Si cela n’avait pas été vrai, elles auraient toutes voulu nous tuer alors que dans mon cas par exemple, il n’y en a eu que deux ou trois qui l’ont voulu, tandis que les autres ont toutes été reconnaissantes. Le problème, c’est que lorsqu’on a un exercice qui remet en question les intérêts de vos confrères, il suffit de deux ou trois mécontents sur des centaines de guérisons, pour que cela suffise à vous démolir professionnellement même si vos statistiques sont bien supérieures à celles de la médecine académique. Deux ou trois mécontents sur des centaines de guérisons, mais c’est négligeable. Il y a toujours des mécontents quoiqu’on fasse. Deux ou trois ou dix mécontents seulement et cela malgré l’opposition de la majorité des confrères qui essayaient de me faire passer pour un fou. Pensez vous vraiment que nous, les dentistes qui faisons cela, pourrions faire cela, c’est-à-dire enlever des dents qui ne font pas mal, à autant de personnes si cela ne guérissait rien. Vous prenez alors vraiment les gens pour des imbéciles….
Cela aurait été impossible de continuer aussi longtemps s’il n’y avait pas eu des résultats probants.
Bon à part ces risques assez rares, il faut bien le dire, il y a les inconvénients à proprement parlé.
Les inconvénients.
Premier inconvénient : la douleur
Enlever les dents dévitalisées est un acte chirurgical qui produit parfois un peu de douleur après coup. Bon, avec une bouillotte et de l’huile essentielle de girofle, cela se gère assez bien sans avoir recours aux antalgiques chimiques qui sont tous des poisons ne l’oublions pas. Parfois c’est quand même mieux d’avoir à sa disposition un thérapeute énergéticien pour gérer le post opératoire avec de l’acupuncture par exemple. Pour diminuer la douleur post opératoire, il est important que le dentiste ne mette pas trop d’anesthésique, surtout avec vaso constricteur, et qu’il s’assure que l’alvéole dentaire après l’extraction possède un bon caillot de sang à l’intérieur.
Deuxième inconvénient : les dents absentes. Après avoir enlevé ses dents dévitalisées, on se retrouve avec des trous dans la bouche, c’est évident. On peut certes laisser les trous, ce qui de mon point de vue est moins grave que de laisser des dents dévitalisées, n’en déplaise à la majorité de mes confrères notamment les occlusodontistes qui attachent une importance considérable à l’occlusion. Il existe pourtant des tas de personnes édentées qui se portent très bien. Regardez les reportages télé sur les pays pauvres. Il manque des dents à nombre de personnes qui sont pourtant en meilleure santé que nous qui avons des dents dévitalisées. J’explique plus cela dans le texte “ésotérisme médical”. Mais on peut aussi remplacer les trous, c’est encore mieux. Il existe alors en gros trois solutions. La prothèse amovible, les implants et les bridges. D’un point de vue énergétique, la meilleure solution est la prothèse amovible car on appuie donc stimule les zones édentées comme ne le fait pas le bridge et en plus sans créer de passage aux bactéries de la bouche comme le fait l’implant, dont un des inconvénients est aussi d’être bien plus onéreux en plus.
La prothèse amovible ou dentier. La prothèse amovible a aussi des inconvénients mais c’est ce que la plupart des patients vont avoir. C’est ce que je vais traiter uniquement dans ce texte, même si les autres solutions possèdent pour moi encore plus d’inconvénients d’un point de vue de la santé.

Contrairement à ce que disent nombre de dentistes, la prothèse amovible s’enlève la nuit lorsqu’on dort. Inutile de penser à l’occlusion lorsqu’on est allongé, donc que notre verticalité n’est pas soumise aux lois de la pesanteur. On laisse en plus les gencives se détendre ce qui évitera plus de rebasages qu’il n’en faudra, je m’explique. L’os sous la gencive est vivant et il va se remodeler, faisant que la prothèse amovible aura besoin de réajustements prothétiques qu’on appelle rebasages. Parfois il s’agira aussi de compenser l’usure des dents prothétiques en remettant du composite (de labo de préférence) sur ces dites dents. Parfois le dentiste préfère tout refaire aussi. Bref avec la prothèse amovible il faut prévoir un certain entretien, c’est un inconvénient sur les dents dévitalisées souvent couronnées jusqu’à ce que mort s’en suive.
La prothèse amovible n’est pas toujours simple à supporter. Outre le fait qu’il faille parfois faire des efforts pour s’y habituer, parfois elle fait mal longtemps et cela malgré divers ajustements. Certains patients ne supportent jamais leur prothèse amovible, mais c’est très rare et cela dépend aussi beaucoup des capacités du dentiste qui devra notamment arrondir chirurgicalement toutes les pointes osseuses sous la gencive. Il faut aussi comprendre que quand l’os a été intoxiqué pendant des années par les dents dévitalisées, son imprégnation toxinique dont il veut d’ailleurs se débarrasser, le rend douloureux parfois très longtemps. Il est donc aussi important que le patient persévère et mange très progressivement les aliments de plus en plus durs. Les gencives doivent se durcir et s’habituer progressivement sinon on se fait mal et on ne peut plus mettre sa prothèse. J’ai parfois rencontré des cas difficiles qui nécessitaient des outils de diagnostic énergétique pour pouvoir voir quoi retoucher sur la prothèse afin de la rendre supportable. Des outils que ne possèdent pas encore la plupart des dentistes ce qui ne leur permet pas parfois de pouvoir faire supporter aux patients les prothèses qu’ils leur ont réalisées. Les patients s’entendent alors dire « je ne peux plus rien faire de plus, il faut que vous vous y habituiez », ce qui est souvent d’ailleurs vrai en partie mais parfois impossible si certaines retouches subtiles ne sont pas réalisées sur la prothèse.

Mais les patients sont très inégaux devant la difficulté à supporter la prothèse amovible. Les patients plus rondouillets la supportent en général plus facilement car leur gencive épaisse se comporte comme un meilleur amortisseur qu’une gencive fine.
Mais si la prothèse amovible a des inconvénients, elle possède, outre ceux reliés évidemment au fait de retrouver des dents, certains avantages plus subtils. Avantages qui sont paradoxalement liés aux inconvénients, je m’explique. Le fait de comprimer les gencives et qui peut occasionner une certaine gène, voire une douleur, possède en fait un intérêt thérapeutique. En comprimant les zones d’os intoxiquées, on les masse et donc on les guérit progressivement et on participe aussi à guérir les organes à distance qui sont reliés à ces mêmes zones dentaires car on agit par effet réfléxologique sur les organes à distance. La prothèse amovible est donc un outil thérapeutique. Cet effet thérapeutique peut être augmenté en plaçant sous la prothèse un peu de coton (facultatif en fait) imprégné d’huile essentielle (éventuellement diluée) de girole ou de thym par exemple ou autre. L’huile essentielle va traverser la gencive et pénétrer l’os malade pour le soigner. Sans prothèse amovible, il est très difficile de maintenir en place un coton imprégné d’huile essentielle. La prothèse amovible est donc aussi un appareillage servant à appliquer une thérapeutique, ici en l’occurrence de l’huile essentielle mais ce peut être autre chose comme des cristaux lorsqu’on les insère dans la prothèse amovible. Il m’est arrivé juste par téléphone de soigner une sciatique en expliquant de mettre un coton imprégné d’huile essentielle sous sa prothèse à un patient. Hé oui, la réflexologie dentaire, c’est très puissant car on touche des causes, je le rappelle.

Bon après tout ce sérieux on va finir par un peu d’humour, sachant que dans tout humour il y a toujours un fond de vérité.

La prothèse amovible peut aussi être une cause de divorce. Monsieur expliqua à Monsieur le juge qu’il ne voulut plus de sa femme lorsqu’un jour il l’a vit sans son dentier et que cela le traumatisa définitivement….. Ah ! le pouvoir des apparences…… . Les apparences, c’est justement en cela que réside principalement l’explication du succès de la dent dévitalisée et donc par conséquent l’explication en grande partie de l’effrayante augmentation des cancers et des maladies graves depuis des années. Les apparences peuvent donc tuer et pas seulement un couple, sachez le, alors apprenez à voir l’authentique chez votre partenaire, sa beauté intérieure en quelque sorte. Qu’est-ce que c’est qu’un dentier à côté de ces dents dévitalisées dans lesquelles grouillent toutes ces bactéries toxiques, toute cette putréfaction…. Allons, un peu de courage, faites enlever vos dents dévitalisées même s’il y a des inconvénients car l’avantage surpassera toujours les inconvénients puisque la santé est ce qu’il y a de plus important. Mais bon c’est quand même à vous de décider et ensuite d’en assumer les conséquences. Mais si vous ne le faites pas, vous risquez aussi de devoir un jour assumer des conséquences bien plus terribles. Peut-être vaut-il mieux alors accepter les inconvénients de se faire enlever les dents dévitalisées….. Le sage s’efforce d’accepter ce qu’il ne peut changer et s’efforce de changer ce qu’il ne peut accepter.

Dr Bruno Darmon

Amygdales et végétations. Histoire de mutilation ordinaire

November 2, 2008 on 11:03 am | In Non classé | Comments Off

Amygdales et végétations, histoire de mutilation ordinaire.

Ce mardi 7 octobre 2008, je regarde une émission de télé « les maternelles » où le thème est l’arrachage des amygdales et des végétations chez les enfants. Cette opération est probablement l’opération la plus couramment effectuée chez les enfants actuellement. L’émission est assez instructive et représentative de la folie banale de notre civilisation dans le domaine de la santé, c’est pourquoi je vais un peu développer le sujet. Lors de l’émission, on n’entend comme d’habitude que des représentants de la médecine officielle, des chirurgiens notamment puisqu’il s’agit ici de chirurgie. L’émission est une vraie publicité pour l’arrachage des amygdales et des végétations. Les enfants respirent ensuite mieux, grandissent mieux ensuite, témoignages à l’appui. On remarque qu’aujourd’hui la mode médicale est à nouveau d’arracher systématiquement ces organes alors qu’il y a quelques années on en était revenu, le discours étant alors qu’il fallait tout faire pour les garder. Mais aujourd’hui, il semble qu’on se soit aperçu que ce soit mieux de les enlever. Quel progrès !

Evidemment, la voie des médecines douces ou naturelles et de la naturopathie n’est pas entendue encore une fois. Sait-on même dans les médias françaises qu’il existe tout un courant mondial thérapeutique, la naturopathie, qui s’oppose farouchement à ces pratiques thérapeutiques issues de la médecine moderne, pratiques qu’il estime mutilantes, tout en apportant d’autres solutions. Personne ne se pose ici la question de savoir à quoi servent les amygdales et les végétations, ces tissus lymphoïdes qui se trouvent au fond de l’oropharynx (au fond de la bouche) et du rhinopharynx (au fond du nez) respectivement qui constituent des sentinelles immunitaires du lieu où elles se trouvent, tout comme l’appendice l’est pour l’abdomen. Lorsqu’on enlève les sentinelles immunitaires, les poisons rentreront ensuite plus profondément dans les structures organiques car il n’y aura plus de sentinelles pour les arrêter en déclenchant des réactions immunitaires locales. Il y aura donc bien plus de cancers par exemple par la suite. L’émission n’évoque bien sûr pas ces conséquences à long terme, tout comme on ne l’évoquera jamais aux parents des enfants à qui on enlèvera l’appendice qui seront alors plus sujets aussi aux problèmes abdominaux notamment aux péritonites bien plus graves, ces infections généralisées de l’abdomen. Mais il est évident que personne sur le plateau télé n’en est conscient. Pas conscient non plus des causes alimentaires comme si la seule pollution pouvait tout expliquer. Et logiquement, on n’évoque bien sûr même pas le travail de naturopathes qui savent guérir les amygdales et les végétations en transformant l’alimentation par ce qu’on peut appeler l’hygiène vitale en générale et l’hygiène alimentaire en particulier. Bref, tout ce beau monde ne se pose pas trop de question fut-il diplômé de la médecine académique. Il faut dire que la médecine académique n’enseigne aujourd’hui que la médecine des poisons et de la mutilation (voir texte « médecine des poisons » sur ce site) et ne s’intéresse que très peu à vouloir faire changer les mauvaises habitudes. On propose donc une solution médicale qui permettra de faire en sorte comme toujours de ne rien changer dans les habitudes morbides qui ont conduit à l’hypertrophie des amygdales et des végétations gênant la déglutition et la respiration et provoquant fréquemment des angines et des rhinites.

Mais tout cela ne m’étonne guère, dans ce monde de fous. Cela et me fait plutôt penser aux médecins qui eux non plus ne se posent pas trop de questions au sujet de la médecine chimique qui supprime allègrement les symptômes gênants à coup de chimie qui inhibe les mécanismes naturels de défense mais l’exemple le plus parlant est bien sûr celui de mes confrères avec la dent dévitalisée. Lorsque le nerf fait souffrir et bien on l’enlève évidemment, pourquoi s’embêter ma brave dame à chercher à faire autrement puisque le fait de l’enlever résout le problème de la douleur de la dent. C’est tellement pratique n’est-ce pas. Eh oui c’est pratique et simple effectivement en apparence mais en réalité c’est plus simpliste que simple et cela est plus de la folie que de la sagesse. Ce qui permet de distinguer la folie de la sagesse, c’est la conscience des conséquences à long terme des différentes options que l’on prend. Il n’y a pas à chercher plus loin la première cause de maladies graves et de cancers que dans cette attitude médicale folle même si notre environnement pollué n’arrange rien.

La chirurgie qui consiste à enlever les organes gênants ne devrait être utilisée qu’en dernier recours, et cela après avoir essayé toutes les autres solutions thérapeutiques. Il me semble essentiel de le rappeler aujourd’hui où on l’a semble-t-il oublié. Mais encore faut-il pouvoir trouver d’autres solutions thérapeutiques dans ce monde médical où notre société avec les Conseils de l’Ordre représentant la médecine des poisons, adopte trop souvent une attitude hégémonique vis-à-vis des solutions alternatives, avec la complicité de juges inconscients dignes représentants d’une population au moins autant inconsciente sur le thème des médecines naturelles. La société a ainsi jusqu’à présent méthodiquement détruit toute concurrence à la médecine mutilatoire et à la médecine des poisons grâce à un article de loi sur l’exercice illégal de la médecine. Je ne blâme donc nullement les pauvres parents qui font mutiler leurs enfants, je comprends très bien qu’il est difficile de trouver d’autres voies et voix aussi d’ailleurs qui pourront leur expliquer que faire d’autre.

Evidemment la pollution des grandes villes n’est pas la meilleure des idées que nous ayons eu pour y faire vivre nos enfants mais cela n’explique pas tout comme on voudrait nous le faire croire dans l’émission notamment. On ne s’intéresse encore une fois pas suffisamment à l’alimentation.

Si les végétations sont en rapport avec la respiration, il est certes logique de penser que c’est la pollution de l’air qui agit pour rendre ces végétations malades. Pourquoi alors ne pas se procurer un filtre à air dont on enverra le flux d’air filtré vers l’enfant pendant son sommeil. Il existe des filtres à air dont on peut changer soi même le contenu du filtre et par économie on peut même y mettre du coton hydrophile tout simplement qu’on trouve en grande surface et la filtration est tout à fait correcte et permet d’avoir ainsi des filtres neufs pour une somme modique.

Mais la pollution de l’air n’est pas la seule cause du problème des végétations. La fonction respiratoire est liée en médecine chinoise à une fonction du tube digestif et il est plus que probable que l’alimentation sera une clef de la guérison des végétations, des amygdales et de l’appendice aussi d’ailleurs qui sont les trois grands organes, organes sentinelles qui plus est, qui sont classiquement mutilés chez nos enfants avec la complicité de notre médecine. Je ne vais pas ici trop parler d’alimentation car j’en ai déjà parlé dans les autres textes mais en résumé, allez nourrir vos enfants en faisant vos courses dans les magasins d’alimentation bio, arrêter les céréales sucrées en sachet plastique (car sucrées et pleines de mycotoxines très souvent) au petit déjeuné notamment. Si vous n’avez rien de mieux, revenez au pain grillé et beurre tout simplement, et sans confiture. Si vous pouviez donner au petit déjeuné un petit légume avec et un laitage, surtout si vous êtes végétarien, ce n’est pas non plus une mauvaise chose. Arrêtez le chocolat, le vinaigre et, l’ail et les oignons (surtout crus) à remplacer respectivement par le caroube, le citron et les épices. Les yaourts, c’est au début du repas. Et le soir, repas léger s’il vous plait. Surtout des fruits et légumes, du riz ou de l’orge idéalement et un peu moins de pates et pain blanc et surtout ni viande ni poisson ni fromage.

L’attitude mutilatoire qui est la plupart du temps l’option choisie, n’est encore une fois pas indépendante d’un manque de respect pour la vie dans notre société qui est très liée avec une despiritualistion généralisée de la société et de la médecine en particulier. Si dieu ou la vie a fait les végétations, les amygdales et l’appendice, c’est que cela sert à quelque chose et que les enlever ne sera jamais sans conséquences fâcheuses par la suite, ne l’oubliez jamais, même si la médecine académique semble ne pas le savoir. Alors remettez un peu en question vos habitudes de vie et cherchez dans les médecines douces notamment, d’autres solutions à ces actes mutilants que vous propose un peu facilement à mon goût notre médecine académique.

the one

November 1, 2008 on 11:52 am | In Non classé | Comments Off

The One.
Ce texte est probablement le plus complexe de tous à aborder. Il parle de choses très ésotériques, et mystiques, je vous avertis. Il vise à approfondir un sujet déjà traité dans le texte ésotérisme médical qui traite du sens ésotérique des nombres de un à neuf. Ici nous approfondirons le chiffre UN et cet approfondissement présente bien sûr un intérêt pour comprendre la toxicité de la dent dévitalisée.

Parler du chiffre UN est probablement ce qu’il y a de plus simple et de plus compliqué en même temps, c’est un paradoxe, et c’est aussi pourquoi il me semble le plus intéressant à approfondir. Cela permet, aussi incroyable que cela puisse paraitre, de mieux comprendre pourquoi la dent dévitalisée ou morte est si problématique. Les autres chiffres ont déjà été approfondis en thérapeutique. Le chiffre trois a été approfondi grâce à l’Ayurvéda, le quatre par la science de l’habitat etc…Le chiffre deux a notamment été approfondi d’une certaine façon par la macrobiotique avec le Yin et le Yang, et Monsieur Georges Oshawa qui nous parlait jadis de l’intérêt pour la santé de manger entre autre du riz complet et non du riz blanc. Pour l’anecdote, Monsieur Oshawa a lui aussi été embêté jadis par le Conseil de l’Ordre qui déposa plainte contre lui pour exercice illégal de la médecine dans la mesure où il redonnait la santé à nombre de personnes avec ses concepts issus du chiffre deux d’une certaine façon. Les membres des Conseils de l’Ordre n’ont pas l’esprit très large dans le domaine de la santé, surtout s’il s’agit de redonner la santé en remettant en question la suprématie de leurs connaissances. Historiquement, la première action du Conseil de l’Ordre fut d’ailleurs d’interdire d’exercer les médecins juifs sous l’occupation, histoire d’éliminer un peu de concurrence. Aujourd’hui c’est ce qu’ils font avec toutes les médecines alternatives dès qu’ils le peuvent. Mais s’ils peuvent agir ainsi, c’est que d’une certaine façon, notre société à laquelle ils sont unis, les y autorise, crédule qu’elle est de penser que des hommes et des femmes fussent-ils des médecins ou des dentistes ayant prêté serment pourraient s’affranchir des bassesses humaines et donc s’intéresser à l’intérêt collectif quand leur intérêt personnel est en danger. Et bien non et cela n’a jamais été le cas. Les Conseils de l’Ordre sont même probablement ceux qui ont le plus œuvré à détruire toutes les solutions alternatives naturelles pour la santé et en cela nuisent énormément à la santé publique même si paradoxalement le public pense exactement le contraire. Bon j’arrête car sinon on va croire que j’ai une dent contre le conseil de l’Ordre…..

Si le chiffre deux a donc été assez abondamment traité en thérapeutique, à ma connaissance, aucun thérapeute n’a parlé du Un et je trouve que le sujet « dent dévitalisée » s’y prête assez bien somme toute comme vous allez pouvoir le constater ici, je l’espère. Si parler des autres chiffres serait certes instructif, parler du chiffre UN est néanmoins ce qui me semble le plus essentiel car le UN est à l’origine de tout le reste, comme le texte « ésotérisme médical » l’explique d’ailleurs. Je vais ici essayer de résumer ce sujet qui est immense en apportant comme toujours des enseignements utiles. Les enseignements théoriques et pratiques devraient être indissociables sinon on se perd, je trouve.

La connexion.

Les enseignements mystiques nous apprennent que tout est UN. Dans UN il y a uni, donc tout est uni, connecté entre toutes ses parties pourrait-on dire aussi. L’application immédiate au sujet de ce site qui est la dent dévitalisée est que celle-ci est bien sûr unie et donc connectée au reste du corps et qu’introduire de la mort dans le corps ne peut que communiquer cette information de mort au reste de l’organisme à un niveau qu’on a peut-être du mal à imaginer. Les divers organes vont donc se diriger plus rapidement qu’il ne le faudrait vers la mort dont la maladie d’une certaine façon, n’est qu’un début. Et à l’extrême c’est la tendance au suicide qui est la plus parlante expression de la propension de l’organisme vers la mort. J’ai observé de multiples patients suicidaires, ne plus avoir envie de se suicider après avoir enlevé leurs dents dévitalisées. C’est d’ailleurs pour en avoir informé un psychiatre responsable dans ma région du problème des suicides que je fus jadis interdit d’exercer par le Conseil de l’Ordre des dentistes, sans aucune plainte de patient. Le jour où l’opinion publique prendra conscience qu’un conseil de l’ordre censé protégé la population aura eu une telle action visant à occulter une information de cette importance pour la santé publique, je pense que cela pourra être assez instructif. Mais si souvent il faut cacher les petites vérités qui dérangent, les grandes vérités qui dérangent n’ont pas besoin d’être cachées puisque l’inconscience du public suffit d’elle-même. C’est ainsi qu’il accepte qu’on opprime l’idée pleine d’espoir pour la santé de millions de personnes, d’enlever les dents dévitalisées, puisque dans son immense majorité il n’y comprend rien. Tout comme il ne comprend que peu de choses aux notions mystiques, imprégné qu’il est de théories darwiniennes visant en fin de compte à le despiritualiser en même temps qu’à le perdre lui et sa santé. Parler du UN comme nous le faisons ici participe au contraire d’une approche éducative à la conscience spirituelle de l’existence. Comprendre que toutes les parties de notre corps sont en connexion dans une unité peut aider à comprendre qu’introduire la mort dans une des parties du corps ne sera pas sans conséquence pour le reste du corps. Comprendre que nous faisons un avec tout l’univers est probablement aussi une clef essentielle de la partie divine qui se trouve en nous. Certains êtres humains arrivent parfois à l’expérimenter à certains moments de leur existence. A ce sujet je vous conseille de visionner un témoignage fort intéressant à l’adresse suivante http://www.youtube.com/watch?v=uIaY0l5qV0c

Le Karma.

Mais comprendre le UN ce n’est pas juste comprendre que tout est uni dans notre corps, c’est bien plus encore. A un niveau mystique, l’univers se comportera avec nous tel que nous nous comportons avec autrui puisque nous et autrui ne faisons qu’un. Le bien ou le mal que nous faisons nous reviendra donc un jour ou l’autre. Les bouddhistes parlent de karma pour définir ce concept qui d’une certaine façon est une expression du UN. Si nous avons une dent dévitalisée en nous c’est que dans le passé, ou dans une vie antérieure (encore faut-il y croire) nous avons empoisonné probablement quelqu’un. Inutile donc d’en vouloir à votre dentiste qui de toute façon n’a probablement pas conscience de tout cela.

L’Univers miroir.

L’Univers et nous ne faisons qu’UN. Un sage disait aussi que l’on voyait le monde tel qu’on était. C’est aussi une clef de la compréhension du UN. Dans la vision mystique, l’univers est un miroir qui nous reflète l’image de ce que nous sommes puisque nous et le reste de l’univers faisons un. Il nous est ainsi possible de mieux nous connaître. Mieux nous connaître est la première et indispensable étape de notre perfectionnement, de notre évolution spirituelle qui est le but de notre existence sur Terre. Lorsque l’univers nous confronte à quoique ce soit, un individu par exemple , qui par sa façon d’être nous provoque une émotion, que ce soit de la colère, de la haine, de la tristesse ou de l’admiration par exemple, c’est que cette façon d’être est aussi présente en nous. Pour donner un exemple, si on rencontre quelqu’un qui nous énerve parce qu’il est irrespectueux, c’est que quelque part nous sommes aussi irrespectueux et qu’alors pour nous aider à en prendre conscience, l’univers nous met en face de lui. Je sais que cette vision est un peu mystique mais c’est ainsi. Dans la vision mystique de la vie, nous ne rencontrons donc pas par hasard les personnes et les événements. Ils viennent à nous ou plutôt nous les attirons, pour comprendre qui nous sommes ou au moins une partie de qui nous sommes. Et lorsque nous changerons, les personnes que nous croiserons et les événements de notre vie changeront aussi. Le Un signifie aussi que les émotions que nous ressentons à cause de stimuli extérieurs et nous même ne faisons qu’un car l’intérieur et l’extérieur sont un. Par exemple, lorsque nous ressentons de la colère, nous attribuons souvent la colère à un évènement extérieur mais en fait c’est que la colère est déjà en nous, que nous sommes la colère. Si nous voyons chez l’autre certains défauts et que cela crée une émotion en nous, c’est que d’une certaine façon, nous les possédons aussi. Car sinon cela ne provoquerait aucune émotion, nous observerions les défauts de l’autre sans émotion. Et inversement si nous voyons chez l’autre certaines qualités et que cela nous fait admirer celui qui les possède, c’est aussi que nous les possédons. Pour développer ses qualités il est donc peut-être plus intéressant de s’entraîner à voir chez les autres leurs qualités que leurs défauts même s’il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse qui nous empêcherait de voir nos propres défauts. Pour nous y aider l’univers nous mettra souvent en face de personnes ayant ces mêmes défauts et cela provoquera des émotions qu’il faut savoir ressentir et accepter tout en respirant intensément. C’est une technique simple mais efficace pour évoluer. C’est ainsi une façon de libérer nos émotions négatives enfouies et d’être plus cool ensuite. Le contraire serait de refuser d’accepter ces émotions qui font partie de nous. Cela créerait des tensions qui un jour ou l’autre pourraient provoquer des dégâts sur notre santé. De façon plus générale, si nous trouvons que notre environnement est triste et pollué c’est que nous même sommes triste et pollué car nous voyons le monde tel que nous sommes puisque tout est UN.

Tout cela a un rapport avec la dent morte. La dévitalisation dentaire est apparue dans la société occidentale à peu près au moment de la première guerre mondiale qui a aussi été une grande dévitalisation de la civilisation occidentale. Si la vie a fait aujourd’hui que nous avons une dent morte, c’est que nous avions déjà en nous quelque part cette pulsion de mort. Et maintenant elle est encore plus installée. Cette pulsion de mort pourra se traduire soit par de la violence car la violence poussée à l’extrême conduit au meurtre donc à la mort d’autrui, mais ce pourra aussi être de la tristesse car la tristesse poussée à l’extrême conduit au suicide donc à sa propre mort. Je l’ai déjà dit d’une certaine façon mais j’ai souvent observé que lorsqu’on enlevait les dents dévitalisées, les tristesses et les colères s’atténuaient fortement. Et cela s’explique encore par le Un car nous sommes uni à cette dent morte et il est donc logique qu’elle puisse générer colère ou tristesse qui sont en fin de compte des émotions en rapport avec la mort. Pour information, à l’inverse, les émotions en rapport avec la vie sont plutôt l’amour et la compassion . Mais si nous l’avons eu, cette dent morte, c’est aussi que quelque part nous la méritions d’une certaine façon car nous avions déjà en nous cette tristesse ou cette violence et par manque de conscience nous avons laissé faire un acte médical inacceptable. Comment avons-nous pu accepter ou nos parents ont-ils pu accepter que nous ayons une dent morte dans la bouche, c’est-à-dire qu’on introduise un cadavre dans notre organisme vivant, si ce n’est par manque de conscience comme s’il s’agissait d’un acte médical anodin. Un manque de conscience qui combiné à un certain niveau technologique a abouti à contrarier les lois de l’univers comme si nous avions oublié cette maxime de Pascal : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Nous sommes avant tout fait pour devenir de la conscience. Dieu, est conscience pure créatrice qui de Un est devenu multiple pour pouvoir expérimenter toutes les facettes de lui-même dans une unité qui un jour s’est diversifiée pour mieux se connaître par l’expérimentation tout en prévoyant un jour de se réunifier. Notre destin à tous est donc de revenir à Dieu même si nous avons chacun un chemin différent à emprunter. Revenir à Dieu signifie d’une certaine façon ne plus avoir en nous de colère ni de tristesse ni de haine mais juste de l’amour et de la compassion et ainsi contribuer à protéger sa création donc la vie, et comprendre donc aussi ce qu’il ne faut pas faire. Ainsi l’homme, parcelle de dieu, possédant en lui l’étincelle divine, expérimente aussi ici avec la dent dévitalisée, le fait de contredire les lois de l’univers en introduisant en lui la mort, en l’occurrence ici la dent morte, pour comprendre qu’alors cette entrave apportera la souffrance, la maladie et la déchéance, ce qui crée colère, tristesse et haine au passage bien souvent. Ainsi par la souffrance, il apprend à mieux connaître les lois de la vie, même si ici malheureusement, c’est à ses dépends. Et cela est juste car nul n’est censé ignorer la loi, comme le code pénal nous le rappelle d’ailleurs pour les sujets plus terre à terre. Mais la souffrance n’est pas la voie obligatoire pour comprendre les lois de l’univers. L’éducation, en est une autre par exemple. L’éducation qui apporte la connaissance, dont jadis nous n’avons peut-être pas voulu et dont nous devons aujourd’hui payer les conséquences de cette révolte. Dans l’enseignement juif, il est dit que Dieu a proposé à tous les peuples une alliance, qui consistait à devoir suivre les enseignements divins qu’il leur délivrerait et que les autres peuples ont refusé pour garder ce qu’il pensait être leur liberté. Mais la vraie liberté implique la connaissance et le respect des lois divines sinon qu’on le veuille ou non, on se dirige vers l’aliénation. Par exemple, lorsque le choix s’impose entre arracher la dent ou la dévitaliser, nous pouvons penser que notre technologie moderne nous apporte enfin la liberté de pouvoir conserver la dent en la dévitalisant. Mais cette liberté de transgresser les lois de l’univers détruira à terme tellement notre santé qu’en fait elle limitera notre liberté de mouvement par les rhumatismes notamment, notre liberté de penser par la destruction de notre cerveau (dépression, perte de mémoire notamment), et en fin de compte notre liberté d’être ce que l’on voudrait être par la diminution de notre énergie vitale. La liberté de faire des bêtises n’aboutit qu’à moins de liberté, il faut le savoir. Mais c’est ainsi et c’est la loi du libre arbitre sur cette planète qui donne la possibilité de faire des erreurs pour ainsi mieux grandir, mieux évoluer puisque c’est la finalité de l’existence. Tout comme cette planète apporte la possibilité de choisir le côté obscur de la force, de servir les forces du mal, ou de refuser de le faire pour bien prouver à Dieu, que l’on choisit sciemment de servir la lumière et non les ténèbres qui n’apportent que le malheur et la souffrance. Cette planète est l’école du discernement et des épreuves sans aucun doute.

Tant que votre organisme est suffisamment vivant pour comprendre le sens de ces mots, vous devrez exercer vous aussi votre discernement entre ce que disent 99% des dentistes, ces thanato-dentistes qui prônent de conserver vos dents dévitalisées et ce que je prétends dans ce site, c’est-à-dire de les enlever, et donc choisir la bio dentisterie c’est-à-dire la dentisterie vivante puisque bio signifie vivant, en rapport avec sa racine étymologique grecque je vous le rappelle. Le mot bio est à la mode en ce moment, mais autant rappeler ce qu’il signifie pour comprendre qu’il ne peut y avoir de dentisterie bio par définition qui puisse admettre de conserver des organes morts dans la bouche. Et puis, pour exercer votre discernement, je vous suggère fortement d’analyser les faits plus qu’aucune théorie, notamment les théories de dentistes se disant holistiques qui disent qu’on peut conserver les dents dévitalisées qu’ils ne testent pas nocives. En médecine on aime bien parler du rapport bénéfice risque et d’effets secondaires éventuels qui pourraient ou non se produire laissant penser à tort que s’ils ne se produisaient pas, tout irait alors pour le mieux dans le meilleur des mondes, médical évidemment. On serait mieux inspiré de parler du rapport bénéfice inconvénients. Un risque en effet est un événement qui peut ou non se produire. C’est un concept relié à une notion binaire, il y a ou il n’y a pas. Si le risque ne se produit pas, il n’y aura alors aucun inconvénient. Mais dans la médecine chimique et la dent dévitalisée, il ne s’agit pas uniquement de risque mais d’inconvénient ce qui est un peu différent, je m’explique. Lorsqu’on donne de la médecine chimique ou bien que l’on possède en bouche une dent dévitalisée, il y a obligatoirement un inconvénient à cela. Ces options thérapeutiques empoisonnent obligatoirement le patient. Certes cet empoisonnement n’est pas toujours suffisant pour tomber malade mais il est toujours présent et de l’énergie vitale est toujours ôtée au patient. On ne peut garder en bouche de dent dévitalisée sans inconvénients, il faut le savoir. Quoiqu’il en soit, regardez les faits car la science se base avant tout sur les faits. Demandez donc aux défenseurs de la théorie de la conservation des dents dévitalisées, notamment à ceux qui se disent dentistes holistiques, qu’ils vous présentent des guérisons de quelconques maladies graves en conservant des dents dévitalisées et comparez leurs absences de cas graves aux nombreux cas de guérisons en enlevant des dents dévitalisées, tels que j’en ai mis une centaine par exemple en témoignage vidéo sur le site www.sante-dents.com. Évidemment on peut guérir des patients sans enlever de dents dévitalisées, mais le résultat n’est jamais le même que lorsqu’on fait enlever la cause de l’empoisonnement. Les personnes n’ont pas ensuite le même état de vitalité, ils sont peut-être guéris mais il manque quelque chose. La santé, ce n’est pas juste l’absence de maladie mais aussi un état de pleine vitalité qui manque souvent à nos guéris de maladies graves d’aujourd’hui par la médecine chimique et qui gardent leurs dents dévitalisées. Voici aussi d’ailleurs ce qu’un jour m’a dit le Dr Rau, médecin directeur de la clinique Paracelsus en Suisse allemande. Une clinique qui possèdent de multiples outils de médecine naturelle et qui a vu des milliers de patients depuis une vingtaine d’années. « Dans les pathologies bénignes, certes les techniques dont on dispose sont efficaces, mais dans les pathologies graves, si on ne fait pas enlever les dents dévitalisées, toutes les techniques dont on dispose ici sont négligeables ». Quoiqu’il en soit, votre état d’être humain vous donne la possibilité de choisir. Vous avez donc la liberté de conserver les dents dévitalisées qui vous tirent vers la mort. Mais quand on acquière une certaine conscience, il faut aussi se poser la question de savoir si cette option est une expression de la vraie liberté ou d’une pure folie qui nous éloignera de la santé. Pour conserver la santé, il est nécessaire de se concentrer sur ce qui est essentiel, en commençant par respecter les lois de l’univers que l’on connaît déjà et en se posant quotidiennement des questions sur ce qui est essentiel, dans une démarche que l’on peut qualifier d’essentialiste. Et ne pas conserver de mort dans sa bouche est essentiel à la santé je vous assure. De là certains ont opposé cette attitude, l’essentialisme, à celle qui ne consiste qu’à rechercher les plaisirs à court terme de l’existence, l’existentialisme. Garder une dent dévitalisée permet à court terme de conserver quelque chose certes mais à long terme on perd la santé. Ce n’est donc pas une démarche essentialiste, qui se concentre donc sur ce qui est essentiel en quelque sorte. D’autres préfèrent opposer le spiritualisme au matérialisme, ce qui revient à peu près au même. Personnellement, s’il est vrai que de ranger dans des cases des philosophies de vie que l’on oppose est parfois pratique, je ne pense pas que ce soit le meilleur reflet de la réalité car la vie peut comporter ces deux aspects sans qu’ils soient contradictoires. On peut profiter des plaisirs de l’existence tout en étant un adepte de l’essentialisme, un spiritualiste. Pourquoi vouloir opposer ce qui ne devrait qu’être complémentaire, même s’il est vrai qu’être excessif dans un aspect nuit à l’autre aspect. Certes l’homme qui ne pense qu’à s’enrichir, qu’à la matérialité et qui ne s’intéresse nullement à la spiritualité qui lui commanderait de partager ses richesses ou de les mettre au service d’une bonne cause, par exemple, n’est pas sur la bonne voie. Mais celui qui ne pense qu’à la spiritualité et oublie ainsi les réalités de ce monde matériel en refusant d’y vivre confortablement, se trompe probablement encore plus. Nous n’avons pas à vivre dans la misère pour nous mettre en accord avec Dieu et vivre dans la spiritualité. Nous ne devons pas non plus vivre dans l’opulence insolente lorsque que tant de misère existe aujourd’hui. Tout est question d’équilibre et nous devons faire ce qui nous fait plaisir avant tout. Même l’égoïsme est une bonne chose si c’est de l’égoïsme divin. L’égoïsme divin, consiste à faire uniquement ce qui nous fait plaisir sachant que ce plaisir aboutit d’une façon ou d’une autre à servir la vie. Pourquoi chercher à servir dieu ou la vie en souffrant et en se reniant. Ne servons pas Dieu ou la vie si cela ne nous fait pas plaisir, car cela n’aboutirait à rien de très efficace. Voyons d’abord le plaisir qu’il y a à être en accord avec les lois de la vie (et à se débarrasser de ses dents dévitalisées par exemple), même s’il est parfois plus subtil à voir que les autres plaisirs. Plus subtil mais plus profond et durable aussi. Le plaisir de transgresser les lois de la vie disparaîtra alors de lui-même. Car sans plaisir, nous n’aurons aucune motivation à agir. Si tout d’abord, j’ai fait enlever mes dents dévitalisées, c’est que j’ai pris conscience du plaisir que j’aurai alors à retrouver de l’énergie vitale avec toute la liberté d’action et la joie qui y seraient associées. Si ensuite j’ai persévéré à proposer d’enlever les dents dévitalisées de mes patients malgré les menaces et les injonctions de me taire du Conseil de l’Ordre, c’est avant tout pour le plaisir de voir guérir mes patients, le plaisir d’être reconnu par eux comme un excellent guérisseur et le plaisir d’en retirer des bénéfices matériels substantiels car ce que je leur faisais avait de la valeur, il faut le reconnaître. C’était donc uniquement pour mon plaisir égoïste en quelque sorte. Mais il s’agissait aussi d’un égoïsme que j’estime pouvoir qualifier de divin car il aboutit à une meilleure vie pour tous. Je n’ai rien contre le fait que mon voisin s’enrichisse si cet enrichissement m’apporte aussi le bien être. Par contre s’il s’enrichissait à mes dépends en m’apportant la maladie et le malheur, ce serait très différent. Et c’est ainsi que 99% de nos dentistes, ces thanato-dentistes s’enrichissent aujourd’hui, en mettant des visses dans vos dents qu’ils ont préalablement dévitalisées pour ensuite les couronner de couronnes plus mortuaires que thérapeutiques. Il s’agit là d’égoïsme démoniaque (destructeur de la vie), c’est très différent de l’égoïsme divin. Mais inutile de leur en vouloir, ils n’en sont généralement pas conscients. Et si et uniquement si cela vous fait plaisir, n’oubliez pas de vous poser chaque jour la question de savoir ce que concrètement vous faites pour servir dieu, la vie, la lumière, l’amour et donc en vertu de certaines lois mystiques, de vous servir vous même. Il peut sembler étonnant de parler de dieu, de mystique et d’ésotérisme dans un site qui traite en premier lieu de dent dévitalisée, un sujet très terre à terre en apparence. Mais ce sujet n’est pas un sujet anodin en fait et il est me semble donc compréhensible d’aborder des notions complexes pour l’expliquer. Certains pensent même que la dent dévitalisée est la première cause de cancers et de maladies graves dans le monde occidental, la maladie étant devenue le premier problème de notre société française par exemple puisque la santé est aujourd’hui le premier budget de la nation. La dent dévitalisée est donc probablement le premier problème de notre société bien que je pense que la contamination radioactive de nos centrales nucléaires ou pire d’armes nucléaires pourrait un jour le devenir. Certains connaissent bien toute la gravité du sujet dent dévitalisée, connue depuis presque un siècle et pourtant l’information n’est toujours pas passée comme il le faudrait. Peut être que d’une certaine façon les thérapeutes qui l’avaient constaté n’ont pas su l’expliquer suffisamment bien aux autres et que ceux qui l’avaient compris malgré tout, en guérissant en général, n’ont pas su unir suffisamment leurs forces pour être entendus par les autres. Tout cela en fin de compte car les uns et les autres n’avaient peut-être pas conscience de ce signifie vraiment le UN. Faire appel à des notions plus complexes comme celle qui est traitée ici ne serait donc peut-être pas si inutile que cela. Peut-être qu’il ne suffit pas de dire que la dent dévitalisée est un bout de pourriture insérée dans l’os de la mâchoire pour que la population prenne conscience de l’immensité du sujet. C’est pourquoi ici particulièrement, je n’hésite pas à expliquer le pourquoi du comment avec des explications qui pourraient paraître complexes certes mais qui pourront résonner dans la tête de ceux qui se posent des questions sur le sens de la vie, c’est-à-dire les spiritualistes d’une certaine façon contrairement à ceux qui ne vivent que pour le plaisir de boire, manger, s’enrichir, contempler le paysage et faire l’amour par exemple. Si ce site est là pour vous faire prendre conscience du drame humanitaire immense que la dent dévitalisée occasionne, je pense que les moyens nécessaires à cette prise de conscience doivent être à la hauteur de l’importance du sujet, d’où le fait d’aborder un sujet ésotérique comme le UN. Et une fois que vous en aurez vraiment conscience, comment pourrez vous rester inactif face à cette information sachant le plaisir que vous aurez en apportant ainsi la santé à vos frères et sœurs qui font UN avec vous compte tenu de ce que cela implique tel qu’il a été traité dans ce texte. En diffusant aujourd’hui cette information, alors qu’elle est si peu connue, vous apporterez probablement plus la santé que le médecin qui aura fait dix années d’études de médecine. C’est ainsi, c’est le pouvoir que confère la conscience, lorsqu’on la possède, d’où l’immense intérêt de toujours chercher à la développer. La conscience se nourrit de la connaissance toutefois, il est donc important que vous cherchiez toujours à acquérir les connaissances que l’univers mettra au menu du repas de la vie, que vous pourrez savourer avec ou sans dents dévitalisées, c’est comme vous voudrez, mais il faudra alors en assumer les conséquences. Enfin si tant est que cela vous fasse plaisir, sinon vous pouvez continuer à regarder des émissions débiles à la télé si cela vous fait plus plaisir. Enfin moi je fais un peu les deux, car j’aime bien les contrastes……
Bruno Darmon